Interview supportrice

11 Septembre 2017 15h05
© -

Arantxa Gasquet : Le rugby, le BO, ce n'est pas que du sport c'est bien plus ! »

Ce vendredi 15 septembre à 20h00, Biarritz reçoit Nevers pour la 5éme journée de championnat. En attendant retrouvez l'interview supportrice avec Arantxa Gasquet. 


Si au départ Arantxa n’était pas passionnée par le rugby, elle l’est devenue et adore aujourd’hui son club, ses supporters et son équipe ! Désormais professeur, elle passe moins de temps dans les tribunes des stades du championnat, mais ne manque jamais de retrouver celles d’Aguiléra ! Retrouvez l’interview supportrice avec Arantxa.


« le rugby, le BO ce n’est pas que du sport, c’est bien plus ! »


En première, j’avais une amie passionnée de rugby. Un jour, elle me propose de l’accompagner à un match. À la base, je dis bien à la base, je n’étais pas branchée rugby. 


Bayonne venait de remonter en Top 14, et Biarritz, après leur titre de 2002, venait de faire en 2003 une saison un peu molle.

Un problème se posait. Quelle équipe supporter ? Bayonne ou Biarritz ? Notre plan était le suivant ; nous devions d’abord aller voir Biarritz et ensuite Bayonne pour pouvoir faire un choix entre elles deux.


Ainsi, en octobre 2004, nous avions pris place en tribune du stade Aguiléra pour le match Biarritz/Brive. Des tribunes que je n’ai jamais pu quitter par la suite ! (rires). J’ai été de suite sous le charme. Il y avait une super ambiance ce soir-là, la ferveur était incroyable, les joueurs simples, accessibles ; Cela donnait un sentiment d’appartenir à une grande famille. J’ai adoré. 


« BO ad vitam aeternam ! » 


Lors de la saison 2004/2005, l’équipe du BO est sacrée championne de France. J’ai eu la chance d’assister à leur victoire au Stade de France avec ma bande d’amis. Cette saison a été une révélation pour moi.

C’était la première année que je supportais ce club, et j’étais en train de vivre les meilleurs moments qu’un supporter puisse espérer vivre avec son équipe. Depuis, je me suis fait la promesse de ne jamais quitter ce club et de lui rester fidèle « ad vid aeternam » !


Lors de la descente cela a été dur, mais c’est la loi du sport. Malgré la déception, cela n’a eu aucun effet sur ma manière de supporter mon équipe. Je suis toujours restée abonnée.


Depuis l’année dernière on sent un nouveau souffle sur le BO.

Les phases finales de la saison passée nous ont rappelé les grands déplacements des années dorées. Avec une bande de copains que je connais depuis 10 ans (tous supporters du BO), on a repris les glacières, retrouvé la bonne ambiance, chanté de nouveau…


La ferveur d’Aguiléra est de retour c’est certain, sa convivialité persiste et demeure.

Les phases finales ont été l’apothéose d’une belle saison. Le résultat d’un groupe d’amis qui sont allés chercher une demi-finale. Le résultat : des supporters qui se sont de nouveau unis autour de leur équipe. C’était magnifique.


Il y a quelque chose qui est en train de se créer au niveau des supporters. On est heureux de se retrouver au stade, on sent un projet qui est de plus en plus solide. On veut voir ce qui se passe, on est curieux, on est impatient, il y a pas mal de sentiments qui se mêlent.

En tant que supportrice, il faut bien comprendre que venir au stade ce n’est pas regarder uniquement le tableau des résultats. C’est une richesse, on y rencontre ses meilleurs amis, on y vit des moments uniques. C’est que du bonheur, cela reste un sport, avec des rencontres… 

Pour vous dire,  Aguiléra pour moi c’est plus qu’un stade, c’est mon havre de paix. C’est un endroit où je me sens bien ! 




Une remontée en top 14 ? Bien sûr que cela fait rêver. Mais nous, supporters, ce que l’on veut c’est vibrer en tribunes, voir du beau jeu et participer au succès de cette équipe. Le reste, on verra…

Le rugby, le BO, ce n’est pas que du sport c’est bien plus ! »


NOUS REJOINDRE SUR FACEBOOK
NOUS REJOINDRE SUR TWITTER
NOUS REJOINDRE SUR INSTAGRAM