Dernière mise à jour : le 01/10/2014 à 18h40

Tous les flux RSS du site

Publicité

BO-PB.COM par Capgemini > Équipe > Infos > Benoît Lecouls

20/03/2013 08H13

Benoît Lecouls

"La mêlée, c'est un sport mécanique"

ART- Le BOPB à l'entraînement_12

PHOTO - Le BOPB à l'entraînement / Photo Bernard  © Capgemini

A la question "quelle est ta place dans l’organigramme du BOPB?", dans un large sourire Benoît Lecouls rétorque : "Si je me tiens à l’accréditation que je porte les jours de match, en face de la fonction, il y a marqué : inconnu !". Pourtant depuis le début de la saison, celui que Mario Ledesma avait surnommé "le boucher" pour avoir désossé un jour de Top 14 la première ligne clermontoise, s’occupe des mêlées des Reichel et des espoirs. "Il faut apprendre aux jeunes, les bonnes postures et la meilleure façon de se préparer". Benoît ne cache pas sa véritable passion pour la mêlée : "Contrairement à ce que pensent de nombreux spectateurs, il faut être intelligent pour jouer pilier. La mêlée, c’est de la mécanique, un rapport de forces qui s’additionnent et coulissent".

Retour aux affaires
A mi-saison, Laurent Rodriguez, promu entraîneur des avants du BOPB, a fait appel à l'ancien Biarrot (2004-2008) pour s’occuper de la mêlée des pros, sur laquelle l’ex-deuxième ligne des cadets de Lavardac (47) se veut rassurant : "Au BOPB, nous avons une bonne mêlée, il nous manque encore un peu d’homogénéité, mais nous avons réussi de bonnes premières mi-temps face à Castres, Toulouse et Bayonne. J’ai confiance en notre travail, même si parfois les blessures ne nous ont pas permis de travailler correctement à l’entraînement. Maintenant, en match, nous devons être plus endurants". Dès son arrivée, Benoît a apporté son expérience de pilier international : "J’ai demandé de nouveaux appuis, de nouvelles liaisons. Il a fallu que les joueurs s’adaptent à ces nouvelles méthodes. Je suis convaincu que plus vite nous entrerons dans la mêlée, mieux nous serons placés pour la disputer. Comme de nombreux clubs ou sélections, d’ici quelque temps, nous travaillerons sur la voix et les commandements du prochain arbitre qui nous dirigera".

L'ASM Everest de la mêlée
Et l’ASM Clermont-Auvergne, futur adversaire du BOPB? Avec beaucoup de sincérité, Benoît Lecouls ne cache pas son admiration pour la mêlée des Auvergnats : "Pour moi, c’est la plus aboutie. Leur mêlée est très précise et travaille bien" avant de rajouter, espiègle, "mais ils ont peut-être des failles... Bien sûr nous les avons étudiés à la vidéo mais pas trop. Nous préférons nous regarder nous, d’abord pour nous corriger et nous améliorer".

La mêlée donne le ton
Contrairement à tout ce qui a été dit ou écrit, Benoît prend un contre-pied : "J’ai adoré la dernière finale du Top 14 Stade Toulousain-RC Toulonnais (18-12). Et quand je pense qu’il a fallu attendre la 34e minute de France-Argentine (39-22) pour voir la première mêlée, je me suis ennuyé. La mêlée c’est la phase de jeu qui donne le ton au match et peut transcender ou détruire moralement ou physiquement une équipe".

Prendre du plaisir
A propos de son solide et beau palmarès (deux coupes d’Europe, trois Top 14, six sélections en équipe de France), une question pleine de curiosité fuse : "Benoît combien as-tu marqué d’essais au cours de ta carrière ?". "Je n’ai jamais marqué d’essai, mais le travail sans ballon est tellement important en rugby... La mêlée, les rucks, les plaquages entre autres, il y a vraiment du boulot pour un pilier". Et Benoît Lecouls de conclure : "Sur un terrain, sans plaisir, il n’y a pas de résultats. Même en jouant pilier…". Quand le docteur en mêlées s'exprime, c'est l'expérience qui parle.










Sur le même sujet …

11 juin 2014 07H51

Reprise :
Le nouveau staff à pied d'œuvre

Lire l'article

15 octobre 2013 16H11

Au cœur de la mêlée :
Les "gros" veulent un déclic

Lire l'article

©2009 Capgemini | contact webmaster | mentions légales | Biarritz