Dernière mise à jour : le 01/08/2014 à 13h41

Tous les flux RSS du site

Publicité

BO-PB.COM par Capgemini > Équipe > Infos > L'inoxydable

17/10/2012 06H47

L'inoxydable

Julien Peyrelongue, tout simplement

ART- Julien Peyrelongue_1

PHOTO - Julien Peyrelongue / René Tanguy  © Capgemini

Nous avions rendez-vous avec Julien Peyrelongue, mardi en début d’après-midi. Au sortir d’un entrainement exigeant, l’inoxydable demi d’ouverture du BOPB répondait avec gentillesse et professionnalisme à une énième interview. Puis fidèle à son engagement pris la veille, nous avons pris la direction du vestiaire déserté du BOPB pour une rencontre pleine d’enthousiasme, d’émotion et d’autodérision.

Un trait d'union
"Pourquoi Pesquit , pourquoi le Peuch ?", ce surnom qui signifie "le poisson" en gascon lui a été donné par ses copains de Oeyregave et de Peyrehorade qui se moquaient de la minceur de ses jambes. Champion de France cadets avec le Peyrehorade Sports et le frère de Luix Roussarie face au FC Grenoble au Parc des Princes en lever de rideau de la finale 1997 Stade Toulousain-CS Bourgoin-Jallieu, Julien a suivi la filière classique sous le maillot vert de son club formateur : Crabos puis une saison en première face notamment aux coriace Basques de Garazi et Baïgorri. En 2000, le fils de l’ancien numéro 8 de Peyrehorade et le neveu de l’ex-demi de mêlée de l’Aviron Bayonnais du début des années 80 arrive au BOPB.
"En 2000, j’ai joué six matches avec les pros, j’ai joué avec Frano Botica, samedi j’étais face...à  son fils". Véritable trait d’union entre l’ère amateur et professionnelle, Julien avoue sa reconnaissance pour les "papas" qui l’ont si bien accueilli au BOPB : "Ah ! Thomas, Gonzo, La Roume, Bernie et tous les autres. Quel souvenir ce titre de 2002 pour une telle équipe de copains. L’été dernier, nous sommes partis à 17 à Malaga !"

Se recentrer sur les valeurs
Son plus mauvais souvenir : la finale européenne de 2006 face au Munster : "Nous avions le match en mains et au bout nous ne gagnons pas. Et puis mes parents n’ont pu assister au match, leur avion n’avait pu décoller de Parme". Julien, l’indestructible jette alors un regard lucide sur la situation actuelle de l’équipe : "A Castres, nous avons fait un non-match. Ce n’est pas le derby qui nous fait mal, mais le match face au Racing-Métro. Nous avons tellement bien joué que nous avions cru que nous avions gagné. Nous avons cru que c’était arrivé". Alors Julien va-t-on se relever ? "Il y a dans le groupe, un noyau dur qui va nous recentrer sur nos valeurs : humilité, solidarité, don de soi, générosité. Notre esprit de famille va nous sauver".
Ah ! La famille, Julien y tient autant qu’à ses potes. "Je suis quelqu’un de simple, quelqu’un de la campagne" et son bon sens terrien lui a soufflé de préparer sa reconversion. "J’espère réussir mon BTS Etude et Economie de la construction, cette année"... tout simplement.


 

Sur le même sujet …

17 avril 2014 17H18

Julien Peyrelongue :
Gagner pour tous, saluer ceux qui partent

Lire l'article

6 décembre 2013 00H57

Julien Peyrelongue :
"Je remercie les gars"

Lire l'article

©2009 Capgemini | contact webmaster | mentions légales | Biarritz