Dernière mise à jour : le 01/10/2014 à 12h18

Tous les flux RSS du site

Publicité

BO-PB.COM par Capgemini > Club > Le BOPB > Ils ont fait le BO

03/06/2013 05H48

Ils ont fait le BO

Etchenique, la fureur d'attaquer

ART- Tony Garcia et Jean-Martin Etchenique

PHOTO - Tony Garcia et Jean-Martin Etchenique / Photo Bernard  

Des joueurs et des hommes ont jalonné l’Histoire du BO. Avec fierté, courage et talent, ils ont toujours donné à leurs couleurs le meilleur d’eux-mêmes. En cette année de centenaire du BO, c'est l'occasion de se remomorer les grands noms du club. Gros plan sur Jean-Martin Etchenique, la fureur d'attaquer.

 

En mai 1972, les performances de l’équipes de juniors Crabos du BO, demi-finaliste du championnat de France, font naître de grands espoirs, à l’image de Michel Perez ou Jean-Pierre Barberteguy et d’un jeune venu d’Ustaritz, champion de France de pelote basque à joko-garbi : Jean-Martin Etchenique. Quelques semaines plus tard, alors que s’ouvre la saison 1972-1973, Félix Martinez, l’entraîneur des Rouge et Blanc reforme en équipe première la paire de centres des juniors : Etchenique-Barberteguy. Et le duo, parfois trio avec Brian Hegarty fera rimer BO avec spectacle lors de beaux dimanche ensoleillés.


Dès leur premier match victorieux face au SA Mérignac (51-7), les deux complices brilleront de mille feux. Et puis Jean-Martin Etchenique marquera quelques matchs de son empreinte. Le 3 décembre 1972 face au FC Saint-Claude (34-9) alors que Lucien Pariès, la tête ensanglantée à la suite d’un plongeon victorieux dans l’en-but glissant des Jurassiens revient en jeu, Jean-Martin Etchenique fête à sa façon le retour sur le terrain de son capitaine. Le centre biarrot cadre deux défenseurs adverses et oriente sa course pour servir son ailier Charlie Amade. En pleine course, il  change d’avis, accélère, revient vers le centre du terrain pour passer dans le dos de la défense visiteuse et signer son premier exploit.

Aguilera garde encore en sa mémoire son chef d’œuvre d’un dimanche de novembre 1973. Le grand RC Narbonne de Jo Maso et Walter Spanghero est à Biarritz. A dix minutes de la fin du match, les Audois mènent (12-6) lorsque Jean-Martin Etchenique ballon sur la poitrine démarre en trombe, bloqué, il tape à suivre. Un Narbonnais et trois Bairrots cafouillent à la réception, mais Etchenique ramasse la balle acrobatiquement, accélère et pénètre dans le coin de l’en-but. Voulant faciliter la transformation d’un essai qu’il n’a toujours pas aplati. L’enfant d’Ustaritz se lance dans un slalom étourdissant pour conclure entre les poteaux. Le BO courageux et talentueux accrochera le futur finaliste du championnat (12-12).

Ses exploits attireront l’attention des sélectionneurs du XV de France. Associé au Bagnérais Roland Bertranne ou au Dacquois Claude Dourthe, Jean Martin-Etchenique jouera à quatre reprises sous le maillot frappé du coq : Afrique du Sud (4-13), Angleterre (27-20), Argentine (36-21), Roumanie (15-20). En janvier 1976 à la 13e minute de BO-La voulte Sportif (17-13), sous les yeux de Jacques Fouroux, le demi de mêlée international ardéchois, Jean Martin Etchenique se fracturera le tibia et le péroné. Un an sans jouer, le joyau réapparaitra lors d’un match face au SU Agen (15-10) pour offrir un essai au tout jeune Serge Blanco. Le 1er mai 1983, à l’issue d’un huitième de finale de Du Manoir perdu au bénéfice d’un meilleur classement face au RC Toulon (3-3), Jean-Martin Etchenique mettra un terme à sa carrière. Il avait 29 ans. "Le James Dean de l’attaque biarrote s’en est allé…" commentera Jean-Louis Berbo, le grand spécialiste de l'histoire du club.



Vos commentaires

3 commentaires

Jakes

05/02/2013 07H21

C'est qui ?

Jean-Louis Berbo ?

kiki

05/02/2013 07H20

AUPA BO

Pour les avoir vu jouer on avait une super ligne de trois quarts ,lulu qui habitait pas loin de chez moi été le meilleur 10 en exercice en france ,ils n'ont pas eu la carière internationnale qu'ils méritaient.Les avants même s'il n'avait pas des gabrits exeptionnels n'étaient pas en reste . A ce moment là le maillot primé à tous le reste ,mais c'était une autre époque.

Lahouze

05/02/2013 07H20

Belle époque

Quel beau souvenir de cette époque de rugby d'évitement et non de rentre dedans comme maintenant et le plaisir de voir Martin qui avait la faculté de redresser une attaque pour offrir à ses copains de conclure .

©2009 Capgemini | contact webmaster | mentions légales | Biarritz